Syndicat des Vignerons du Vézelien

¤  Historique   ¤

La présence de la vigne à Vézelay et dans les environs remonte à l’époque gallo-romaine (fin du Ier siècle – début du IIème siècle après JC) ainsi que dans de nombreuses régions françaises. C’est le moment où la citoyenneté romaine a été largement donnée, accordant ainsi les droits de plantation qui lui étaient liés. Cette implantation est d’autant plus certaine que l’administrateur impérial était alors originaire de Campanie, région réputée pour ces vins. C’est d’ailleurs de cette période que datent les premières traces de la vigne. En effet, les vestiges d’un temple dédié à Bacchus ont été découverts sous l’église Saint-Etienne à Vézelay. Un sarcophage recreusé dans une colonne romaine décorée de pampres et de grappes a été mis à jour à Asquins.


A la fin du IXème siècle, l’implantation d’un monastère de Bénédictins par Girard de Roussillon a donné un essor au vignoble, d’autant que, dès le siècle suivant, l’abbaye de Vézelay devient un grand centre de pèlerinage et le départ d’un des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Le domaine de l’Abbaye s’étend sur la rive droite de la Cure.

La viticulture princière, stimulée par l’habitude des réceptions et le désir de prestige, se développe aux XIVème et XVème siècles. Le Duc de Bourgogne possède son propre domaine.

Par chemins à travers bois ou par voies d’eau, en empruntant la Cure à partir de Saint-Père, puis l’Yonne, le vin de Vézelay voit son commerce se développer sur Paris où Vauban, originaire de la région, note sa présence.

Pour approvisionner la capitale en vins et puisque la Bourgogne est à la mode, la production progresse et atteint son apogée au XVIIIème siècle. Le seul village d’Asquins compte alors 190 hectares. Le finage de Saint-Père en possède 330. A Tharoiseau, chaque foyer exploite quelques arpents de vigne, la vente de vin étant la seule source de revenu.

C’est alors que le phylloxera arrive dans l’Auxerrois en 1884 et le vignoble de la région disparaît.


Empreinte

Le vignoble a marqué le paysage. Aujourd’hui encore les collines présentent de longs meurgers et des murs de pierres sèches qui retiennent la terre. En tête des parcelles subsiste une centaine de cabanes de vignerons, la plupart en mauvais état. Certains lieux-dits ont encore des noms évocateurs : Le Clos Au Duc, Champ Morillon, Sur Vigneux.
Quelques pressoirs ont résisté au temps. Celui de l’abbaye de Cure a été placé dans une salle de Vézelay en 1970 ainsi que celui d’Asquins.




Renaissance

Il s’en est fallu de peu que le vignoble de Vézelay ne disparaisse pendant les années 1970-1980. Seule la volonté d’une poignée d’agriculteurs, conscients que la vigne avait un rôle économique important, a permis le maintien de cette activité.
Le syndicat des vignerons du Vézelien a vu le jour en 1975 afin de permettre la plantation d’une vigne témoin de deux hectares. Les travaux furent réalisés en deux étapes, la première en 1975 et la seconde en 1977.
Cette vigne exploitée de façon commune par une dizaine de vignerons a été rétrocédée à un couple de viticulteurs venus s’installer en 1986.
A cette époque, l’idée de la renaissance du vignoble faisait son chemin et une cinquantaine d’hectares furent replantés, essentiellement en cépage Chardonnay.
En 1984, l’INAO délimite l’aire géographique et accorde en 1985 l’AOC Bourgogne.
En 1988, à la demande du syndicat, l’INAO délimite l’aire d’appellation Bourgogne pour une superficie de 333.ha 23 sur les communes d’Asquins, Saint-Père, Tharoiseau et Vézelay

- Asquins : 74.42 ha
- Saint-Père : 124.66 ha
- Tharoiseau : 61.02 ha
- Vézelay : 73.13 ha

A partir de cette époque, un véritable engouement pour la vigne motive l’ensemble de la population locale. On a assisté à la création d’un GFA qui regroupe 250 actionnaires, ce qui en fait un des plus importants de France. Celui-ci replante 16 ha. entre 1988 et 1991. 1990 voit la naissance de la Cave Coopérative et d’une vingtaine d’exploitations viticoles.
Toutes ces structures, mises en place pour assurer le renouveau du vignoble du Vézelien montrent combien cette action fut liée à une volonté générale de la population locale.
En 1997, un arrêté ministériel reconnaît l’appellation Bourgogne Vézelay pour les vignes situées dans l’aire d’appellation Bourgogne des communes d’Asquins, Saint-Père, Tharoiseau et Vézelay.
Cette reconnaissance n’est valable que pour le cépage Chardonnay. Elle va toute fois permettre au vignoble de voir sa notoriété s’installer petit à petit au côté d’appellations plus anciennes de l’Yonne.
Pour compléter l’action du Syndicat des Vignerons du Vézelien, la Confrérie des Quatre Coteaux voit le jour en 2002. Sa mission est d’organiser les festivités qui ont trait à la tradition viticole et de représenter le vignoble de Vézelay.



La vigne et le vin vus par des artistes locaux

Malançon
Vendanges à Vézelay, huile de Malançon

Bronze Loiseau-Bailly

Sculpture "La muse du vin" de Vigoureux

Colonne romaine


Mise à jour: 02/10/08 Club Informatique Asquinois